Aucune aventure prévue pour l'instant!

Personnages

Barrenfond Baltus


Marchand tisserand originaire de Vieux-Manel. Participant régulier de la foire de la Reine à Hautemire. Frère de Golbert Barrenfond


Habard


Maître du relais de l’Aimable Ecrevisse, sur la route entre Hautemire et Rimanduil. Marié à Adela, père de Yola, Madelle et Farac’h.


Poingdebronze Gottri


Apprenti forgeron nain, originaire de Pic-Noir, dans les Pays du Roc. Installé à Hautemire où il a rejoint la guilde des armuriers. Neveu de Huttnar Poingdebronze, maître forgeron du Thane de Pic-Noir.


Harren, Gilard


Négociant affilié à la guilde des marchands de Hautemire, ami de Balthus Barrenfond. Marié à Sonja. Scénario 2 : il nous permet de rencontrer le prefet de Hautemire mais cette rencontre se termine mal.


Longuépée, Glovar


Préfet de Hautemire et membre influent de la cour de Colcide. Lutin a essayé de se faire passer pour Maegus (nous sommes porteurs de la lettre d'Uma Prever) mais nous avons été démasqués par Jaina qui connait Maegus. Il meurt dans les sous sols de sa demeure, attaqué par les PJ.


Jaina


Proche de Glovar Longuépée. Elle voit immédiatement que Lutin n'est pas Maegus, pour qui il essaye de se faire passer.


Valek


Assassin au service de Jaina. Confrontation au 2eme scénario. Tres puissant, avec un objet magique, nous avons immédiatement pris la fuite de chez Longuépée Glovar en brisant la baie vitrée.


Tarcil Pendag


Maitre espion de la Reine, il envoie les PJ espionner le prefet Glovar Longuépée.


Lieux

Les Royaumes Algide

Hautemire

Hautemire est la capitale du royaume de Colcide et également le fief d’origine de la dynastie des Agalides, au pouvoir depuis cinq générations. La cité a une très longue histoire. Comme de nombreuses autres, sa fondation remonte à l’ère impériale, où elle était connue sous le nom de Bas-Ilienda. Sous l’égide des Phénix, elle était le siège du gouverneur de la province de Reg-Amalia (qui recoupait grosso modo les royaumes de la Plume et le Nord de la Grande Algie). Avec le départ des légions et l’éclatement de l’empire, elle a connu un certain déclin avant de renaître et de reprendre un rôle proéminent avec l’émergence du royaume de Colcide. Le site de la ville est difficile d’accès (il avait été choisi par les Némans pour son potentiel défensif), au cœur du massif des Verses, et son urbanisme est fortement contraint par le relief, très accidenté. Ainsi, en dehors de la haute ville, située sur un plateau, la plupart des quartiers sont situés sur des versants de montagne, avec une structure en terrasses, parfois très étroites. A ce jour, Hautemire compte une quinzaine de milliers d’âmes. L’écrasante majorité des habitants sont humains, mais il y a un district nain renommé, et même une communauté gnome notable (ce qui demeure exceptionnel dans les royaumes algides).

La Haute Ville

Elle correspond à peu près au tracé de l’ancienne cité némane et occupe le plateau naturel qui surplombe cette région des Verses. De l’époque impériale, il ne reste plus grand-chose si ce n’est l’écrasante silhouette du Grand Donjon. De forme circulaire classique, cette forteresse massive héberge aujourd’hui la cour royale de Colcide et l’administration de l’état. Le reste du quartier est occupé par des maisons bourgeoises ou des hôtels particuliers des maisons de noblesse. Les autres points d’intérêt sont la Halle Royale (l’un des plus grands marchés des royaumes algides) et le Temple d’Aya, qui abrite le siège de l’ordre des sœurs blanches, et la caverne de la devineresse aveugle.

La Pente

Sur les versants du plateau de la Haute Ville, le quartier de la Pente s’agrippe en échelons sur le relief. La plupart des guildes commerciales et artisanales y ont leur siège, et la Pente compte d’innombrables échoppes et ateliers. Ses rues sont souvent très escarpées et certaines d’entre elles sont d’ailleurs appelées ‘escaliers’. Dans la partie Nord de la Pente, se trouve le district nain, qu’on appelle aussi le ‘quartier des barbes’. Il est notoire que ses habitants n’ont pas hésité à creuser en profondeur pour agrandir leurs habitations et ateliers. L’étendue exacte de ce domaine troglodyte reste cependant inconnue et fait l’objet des plus folles rumeurs.

Les Tourelles

A l’Est du plateau de la Haute Ville, se dresse le mont aux pendus (ancien lieu des exécutions du temps de l’époque impériale). Avec l’arrivée au pouvoir des Algides, le lieu a été cédé à l’archimage Kelophas, qui y a fondé l’académie magique algide. Le bâtiment, initialement de taille modeste, a pris avec les siècles des dimensions très imposantes, et s’est vu adjoindre de nombreuses annexes. Aux alentours, de nombreux mages ont fait construire des propriétés de prestige, dont un grand nombre sont des tours de hauteur très respectable. Sans surprise, ce quartier est aujourd’hui connu sous le nom de quartier des Tourelles. C’est l’un des rares endroits au sein des royaumes algides où la magie comme ses praticiens sont ouvertement tolérés et intégrés dans la population.

La colcide

La Colcide est un des royaumes algides situé au nord-ouest d’Arreus. Elle est frontalière, au Nord, des terres des Talenns, à l’Est du royaume de l’Althéna et au Sud, de la Grande Algie. Elle fait partie de l’alliance appelée Ligue de la Plume formée avec l’Althéna et la Varagie. La Colcide est une monarchie féodale, comptant trois duchés et des dizaines de comtés et de baronnies, devant in fine allégeance au trône. La dynastie régnante est stable et solidement implantée depuis plus de cinq générations. Le souverain actuel est la reine Méhalde, fille du défunt roi Godéris. Le royaume inclut cinq cités d’importance notable (dépassant les 5'000 âmes). La première est la capitale Hautemire, sise sur la crête rocheuse des Verses, au centre du pays. Les autres sont les capitales ducales : Bréance, sur la côte occidentale (duché de Bréance), Alannda, sur la rive du fleuve Helk à la frontière de l’Algie (duché de l’Helk) et Grandegarde, dans les collines forestières orientales (duché des Ramées), et la cinquième est la ville franche d’Esguerrette, au confluent de la rivière Esgues et du fleuve Priante. Les armes de la Colcide sont le corbeau d’argent sur champ de gueules. Son motto : ‘La grandeur par l’honneur’.

Les clans Talenns

Au Nord de la Priante s’étend un vaste territoire de landes et de collines, habité par un peuple farouche et mystérieux, les Talenns. A la différence des états voisins, la terre des Talenns n’est pas régie par une autorité centrale. Au contraire, plusieurs centaines de clans y coexistent de façon plus ou moins pacifique. S’ils partagent une culture et une langue communes, ils n’en demeurent pas moins farouchement indépendants et razzias et guerres rituelles sont monnaie courante. Chaque clan dispose de son territoire propre, sous le commandement de son roi et l’autorité spirituelle de son druide. Souvent jugés primitifs par les autres royaumes algides, les Talenns ont en réalité une approche de l’existence beaucoup plus centrée sur la nature et les forces élémentaires. Ils sont cependant des artisans remarquables (travail du bois et des métaux), des artistes universellement appréciés (les meilleurs bardes sont talenns) et des guerriers redoutés. Les Talenns sont en effet notoirement belliqueux et les raids de pillage sont une plaie constante pour les royaumes au Sud de la Priante. La vénération des Edeni est omniprésente dans la culture talenn, et prières et petits sacrifices sont monnaie courante pour un grand nombre d’actes de la vie quotidienne. Leur pays ne compte pas de véritable ville, les clans, très morcelés, préférant se regrouper par familles vivant dans de petits villages ou hameaux. Sise sur un grand tertre, Caer-Donn est la seule cité digne de ce nom. Elle n’appartient à aucun clan en particulier, et est administrée directement par le grand collège des druides. C’est un centre commercial majeur, qui compte également plusieurs académies bardiques et druidiques. S’y déroulent les cérémonies des équinoxes qui peuvent drainer plusieurs milliers de fidèles.

Esguerette

On appelle Esguerette la Perle du Confluant car la ville est en effet située sur la langue de terre qui précède la jonction de l’Esgues et de la Priante, au Nord-Ouest de la Colcide. La cité n’est pas aussi ancienne que certaines de ses homologues des royaumes algides car sa fondation est postérieure à la chute de l’Empire, et contemporaine des troubles qui accompagnèrent la mise en place des états actuels. Ses habitants d’alors ayant décidé de tirer profit du potentiel défensif du confluent. Depuis le règne du grand père de la reine Méhalde (le roi Bertram), Esguerette bénéficie du statut de ville franche. Elle n’est donc pas sous la coupe d’un noble local et jouit de sa propre administration, ne devant des comptes qu’à la couronne, tout en bénéficiant d’une certaine indépendance vis-à-vis de cette dernière (ainsi, la coutume interdit la présence de troupes royales dans les murs de la ville). Esguerette est aujourd’hui une cité prospère de près de 10'000 habitants (intra-muros), qui tire sa fortune du commerce de la laine (grande tradition d’élevage dans les landes au sud de la Priante) et de sa position idéale sur l’axe de navigation Est-Ouest qui traverse la Ligue de la Plume.

Le palais du Bourgmestre et la forteresse de l’Eperon

Ancien lieu de résidence des ducs d’Esguerette jusqu’à leur chute, il y a de cela soixante-dix ans, ce grand ensemble de bâtiments héberge aujourd’hui le conseil municipal et son administration (le palais du Bourgmestre, dont le beffroi s’aperçoit à plusieurs lieues à la ronde) et se prolonge sur l’île de l’Eperon avec la forteresse du même nom, qui abrite la garnison de la ville ainsi qu’une escadre de patrouilleurs fluviaux. La forteresse dispose d’embarcadères indépendants, cruciaux en cas de siège.

La Grand Place

Une surface pavée, hérissée d’un grand mât décoré des armes de la ville, où donnent les riches façades des grands bourgeois esguerettiens, et le siège des deux grandes guildes : la guilde des bateliers et celle des maîtres lainiers. Un marché renommé s’y tient toutes les semaines, ainsi que des foires commerciales à la fin de l’été, et à la fin de l’automne.

Le Temple d’Ilius

Fidèle aux canons architecturaux de ce culte, le bâtiment a une forme circulaire et dispose d’une imposante coupole, surmontée d’une aiguille blanche. C’est probablement le plus bel édifice religieux de la Ligue de la Plume, financé à grands frais par les marchands esguerettiens et bâti sur les plans du célèbre architecte ligien Pernemastus. Les Faubourgs A l’Est de la ville, et au pied de ses remparts, un nouveau quartier grossit régulièrement, accueillant les familles n’étant pas assez fortunées pour s’installer dans la ville même. Le quartier est vibrant, très peuplé et (surtout la nuit) relativement dangereux. Les ports d’Esguerette sont situés sur ses rives Nord (pour le trafic venant de l’amont de l’Esgues) et Sud (pour celui de l’amont de la Priante).

Lieux divers

Dieux

dieux

Manu's JDR Corporation 2008 - 2018
Pour contacter le Webmaster : delangle45 at yahoo point fr

Retour à l'accueil